Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

la punition

par reinette 11 Novembre 2008, 10:21 nouvelles

 

C’est toujours sur moi que çà tombe. Privée de sortie pendant un mois alors que c’était l’idée de Tine.

Tine c’est ma  petite sœur. On dit toujours petite pour tine parce qu’elle a un an de moins, et surtout parce qu’elle a oublié de grandir. Le médecin dit qu’elle est atteinte de nanisme.

Tine a le cerveau toujours en ébullition et elle n’arrête pas d’inventer des bêtises dans lesquels elle m’entraîne. Vous me direz que je ne suis pas obligée de suivre mais comment faire, elle est tellement persuasive et puis avec elle on se marre bien.

Cette fois c’est grave. Momo son copain s’est cassé la jambe en sautant le mur. Cet imbécile ne sait même pas sauter.

 

L’orchestre du quartier vibrait déjà ; leurs accords arrivaient jusqu’à nous par la fenêtre ouverte. Nous n’avons pas eu la permission d’aller les voir et Tine bouillait de colère.

Moi j’avais déjà trouvé de quoi m’occuper. J’étais plongé dans un livre que j’avais pris à la bibliothèque «  la petite fadette » une histoire triste dont j’avais commencé la lecture et j’avais très envie de connaître la fin.

 

Tine se fit enjôleuse, me promit sa collection de cartes postales pour l’accompagner en douce.

On devait prendre Momo.

Momo c’est l’ombre de Tine, il fait tout ce qu’elle veut.

Donc Tine saute par la fenêtre, je la suis. Je n’oublie pas de disposer l’échelle pour le retour, car s’il est facile de sortir par l’intérieur, il est plus difficile de rentrer.

Munies de nos lampes de poche, nous filons chez Momo qui nous attendait déjà et nous voilà avec toutes les copines à nous ébahir devant les musiciens qui répètent inlassablement les mêmes chansons.

 

Les yeux  et les oreilles émerveillés, nous regagnons la maison. On n’a même pas idée de l’heure qu’il est. Nous apprendrons par la suite qu’il est  2heures passées.

Au passage nous laissons Momo devant chez lui où il doit d’abord escalader le mur de la clôture. C’est là que çà se corse. Nous avions à peine parcouru une centaine de mètres qu’un hurlement nous cloue au sol. Tine et moi on se serre l’une contre l’autre, une à une les lumières s’allument et les gens s’interpellent.

En sautant le mur Momo s’est mal reçu et hurle de douleur.

Celui-là je le retiens. Attroupement de voisins dans la rue et bien sur ils nous reconnaissent.

D’autorité l’une d’entre elle nous ramène chez nos parents qui  réveillés par les coups dans la porte ont du mal à comprendre ce qui se passe. Tine et moi on s’est vite faufilés dans la chambre et on s’est fourrés dans nos lits.

 

Mon père a passé la tête par la porte, a vérifié qu’on était bien là où on devait être et il est retourné se coucher.

Le fait qu’il n’ait rien dit n’augurait rien de bon pour nous car plus mon père est en colère plus il est calme et plus la punition est sévère. Nous étions inquiètes, pendant un moment nous avons essayé de deviner quelle punition allait nous tomber dessus, comme faire la vaisselle pendant une semaine ou ranger notre chambre ou encore nous coltiner le petit frère geignard. On finit quand même par s’endormir.

 

C’est notre père qui nous a réveillé, il était encore tôt, j’avais l’impression que je venais tout juste de m’endormir.

Croyez moi je ne suis pas prête d’oublier la leçon.

Il a commencé par clouer des traverses sur notre fenêtre  parce qu’il ne pouvait pas passer la nuit à nous surveiller, il avait besoin de dormir, en plus il a fallu qu’on lui passe les clous, qu’on lui tienne l’échelle etc.…

 

Puis il nous a tenu une conférence sur nos devoirs de bonnes filles, on a dû jurer sur la bible qu’on ne sortirait plus jamais  sans l’accord préalable d’un de nos parents. Et comme punition

La totale : plus d’argent de poche jusqu’à nouvel ordre

                  Vaisselle tous les jours midi pour tine et soir pour moi

                   Petit frère à surveiller, notre mère avait autre chose à faire et çà devait nous mettre paraît-il du plomb dans la cervelle et comme si çà ne suffisait pas il a dit qu’étant donné que j’étais la plus grande, il était temps que je devienne raisonnable et pour le devenir je devais aller aider la voisine qui était très vieille et qui ne pouvait plus faire grand-chose. Çà ce n’était pas juste, c’était tine qui avait eu l’idée et c’est moi qui devait aller chez madame crochu, c’était pire que tout le reste ; madame crochu est méchante, elle n’aime pas les enfants et en plus elle sent mauvais.

 

Je me demande s’il me restera encore un peu de temps pour jouer. Quand à tine, je suis sure qu’elle trouvera encore le moyen  de nous attirer la foudre paternelle.

 

commentaires

yannBBlues 14/11/2008 10:55

Bonjour Reinette...
Alors....on va voir les musiciens en cachette?...rhoooooo....J'ai connu le même scénario...mais aussi l'envers du décor,quand on jouait et que des enfants curieux venaient nous voir...
bonne journée

bunny le chti 12/11/2008 12:03

salut
dur dur les punitions mais lorsqu'elles sont méritées il faut en tirer une leçon
bonne journée

Azalaïs 11/11/2008 21:10

c'est une histoire vraie?

Dalach 11/11/2008 13:50

en effet, c'est une sortie nocturne que nulle ne pourrait oublier vu les conséquences au retour, néanmoins, ça en valait la peine, non ! je suis sûr que vous vous êtes régalé à contempler ces musiciens !
Amicalement. Dalach.

béa kimcat 11/11/2008 13:27

re coucou
la petite fadette est l'un de mes livres préférés...
béa kimcat

Haut de page