Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'averse

par reinette 23 Novembre 2008, 07:57 poésies

 

Les nuages s’amassent

Et forment un groupe compact.

Les derniers rayons du soleil fadasse

Sont pris de tract.

 

Le crépuscule prend de l’avance

Et l’obscurité avance.

Les rues déjà presque désertes,

Les trainards, déconcertent.

 

Comme un roulement de tambour

Arrivant du carrefour,

L’orage éclate dans toute sa splendeur

Et provoque la stupeur.

 

Les  flashes des éclairs

De ses rayons éclairent

Les arbres dansant

Dans les bourrasques de vent.

 

Une casquette enlevée

D’un crane échevelé

Flotte dans le ru

Qui court dans la rue.

 

Sous les porches,

Les passants agglutinés

Dans la lumière d’une torche

Prient silencieusement un dieu oublié.

 

Par un miracle inattendu,

Une éclaircie imprévue

Ramène les éléments

A un ordinaire plus clément.

 

Sans tambour ni trompette,

Chacun reprend ses emplettes.

Cheveux et pieds mouillés,

Demain, seront enrhumés.

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

yannBBlues 23/11/2008 21:27

Bonsoir Reinette...
C'est chouette l'automne...le vent,la pluie,le froid arrivant font fleurir les mouchoirs et les médicaments...
bonne soirée
Yann

poz 23/11/2008 15:02

c'est certain que le temps d'aujourd'hui appelle à tel poème, je ne verrais plus les jours de pluie de la même façon...
Admirez cette nuée de gouttes,
Qui s'égoutte goutte par goutte...
Venez, dansez sous cette dame
Si vous êtes mouillés ce n'est pas un drame.

Haut de page