l'étranger

Publié le par reinette

 


 

il parle une langue

bien étrange

et personne ne le comprend..

il promène son ballant

à travers les rues

de la ville nue

recherchant un quelconque passant

encore se promenant,

qui pourrait lui indiquer

où trouver des familiers.

mais les quelques rares passants

le regardent étrangement,

pressés ,qu'ils sont, par la nécessité.

aucun ne peut ou ne veut le renseigner.

étranger dans une ville étrange,

l'impression qu'il dérange,

les épaules voûtées de lassitude

il se blottit dans sa solitude,

regrettant déjà d'avoir quitté son alpage

pour ne trouver que des visages

fermés et hostiles.

repartir au plus vite,

c'est ce que lui dicte sa conscience.

il leur accorde sa clémence,

se donne une limite.

se fixe une conduite.

avec de l'espoir plein les yeux

il arrête tous ceux

qui croisent son chemin.
















Publié dans poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
on dirait du françois Villon!<br /> c'est très réussi et toujours d'actualité
Répondre
J
c'est l'impression que j'ai euu traversant les petit bled en province dans le berry... bref... je connais ce sentiment.
Répondre
L
bravo pour ce poème... la détresse d'un homme... j'aimerai bien savoir écrire de cette manière..
Répondre
A
A l'heure actuelle,tout le monde est etranger aux autres.<br /> Rares sont les personnes ouvertes au monde et quand on les rencontre,ceux-là,on ne les laisse pas s'echapper.<br /> Bonne soirée et à bientot.Aimée
Répondre
R
Com-prendre: prendre avec soi...<br /> Com-patir: souffrir avec...<br /> Ac-cueillir: cueillir tout ce que l'autre apporte, offre...<br /> J'aime ton texte...
Répondre