qu'en est-il de sa vie?

Publié le par reinette

 

 Il allait et venait dans cette petite rue.

Plusieurs fois déjà il avait regardé sa montre et cette fois encore la porta devant ses yeux. Une heure, qu’il fait les cent pas. C’est inadmissible. Il décide de partir quand il entend une sirène de pompiers.

S’il lui était arrivé un accident ?

Il se torture l’esprit en l’imaginant baignant dans une flaque de sang, le visage exsangue. Il n’y a qu’une telle situation qui pourrait l’empêcher de venir.

Il lui parle dans sa tête, tiens bon lui dit-il, je t’aime.

Il avance vite droit devant lui, persuadé que s’il n’arrive pas à temps, il la perdra.

Les yeux hagards, il se met à parler tout haut. Les passants sont effrayés, certains s’arrêtent et se mettent à rire. Lui ne les voit pas, il a toujours devant les yeux sa bien-aimée blessée. Elle lui tend les bras.
Il faut qu’il se dépêche,alors il court, court, toujours droit devant lui.

Deux jeunes filles rient aux éclats. Ce rire, il le reconnaît, c’est elle, C’est sa bien-aimée. Ces yeux, noisette avec des paillettes d’or, ce sont les siens, ces cheveux bruns, attachés en queue de cheval ce sont les siens. Il s’arrête, parle et rit avec les jeunes filles. Il n’est plus pressé puisqu’il l’a retrouvée. Mais pourquoi ont-t-elles peur de lui ? Les jeunes filles courent en criant, et lui aussi. Il ne comprend pas, c’est moi dit-il reviens, je t’aime.

Sur la route, un hôpital se dresse, il emprunte les couloirs et demande à tout un chacun dans quelle chambre est sa bien-aimée. Il ouvre toutes les chambres et ne reconnaît personne

Sur un banc dans une salle d’attente, il s’assoit. Il est perdu, il ne sait plus où il se trouve

Un enfant vient s’asseoir, il a un ballon, un joli ballon rouge. Lui aussi en a un c’est son père qui le lui a acheté. Il veut jouer au ballon, mais la mère refuse et emmène l’enfant. Il les regarde partir et pleure.

Une infirmière passe avec son plateau, elle s’étonne et lui demande ce qui se passe

Il m’a volé mon ballon, il pleure de plus belle. Il veut qu’on lui rende son ballon, son joli ballon rouge, c’est son papa qui le lui a acheté.

L’infirmière comprend qu’il ne va pas bien, elle l’emmène. Il la suit docilement en reniflant.

Elle lui donne un bonbon qu’il avale gentiment et finit par s’endormir

Un peu plus tard, une sirène, c’est lui qu’on emmène à la section psychiatrique d’où il s’était enfuit. Il est là depuis l’accident au cours duquel est morte sa jeune femme.

Publié dans nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
La Folie : encore une chose qui peut arriver à chacun(e) !<br /> Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz
Répondre
C
est ce une histoire vraie ?<br /> J'ai des images et des visages plein les yeux et les crayons, merci. Bises de caro a reinette
Répondre
M
Sans voix; sans commentaires... Juste un rayon de compassion pour toutes ces personnes ! C'est superbement écrit ! Bravo
Répondre
A
Paroles tendre pour ces êtres perdus qui nous sont si proches. Merci pour ton passage. Bonne soirée.
Répondre
L
Jeu d'écriture en mon blog demain si tu veux<br /> Bisous
Répondre