Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

c'est une histoire d'écureuil

par reinette 20 Août 2009, 08:24 contes

 


Il venait juste d’ouvrir les yeux. Tout contre le pelage roux de sa maman, il se sentait bien.

Une petite brise courrait en chantant dans les feuilles, cette petite chanson le berçait tant et si bien qu’il finit par s’endormir.

Une drôle de sensation le réveilla. Il ouvrit un œil, regarda autour de lui, il était seul.

Le vent chantait toujours dans les feuilles, mais bizarrement, il n’appréciait plus du tout sa chanson.

Toute la forêt semblait l’agresser, trop de bruits qu’il ne pouvait identifier.

Des craquements de plus en plus proches le firent frissonner. Son instinct lui disait de se cacher. Il essaya de grimper à l’arbre, trop faible, il retomba.

Il s’enfonça un peu plus dans les feuilles qui lui servaient de lit. Aussi roux que les feuilles d’automne, il se confondait dans le tas.

Ses yeux fouillaient les alentours. Toutes sortes de petits animaux allaient et venaient. Il y en avait qui couinaient, d’autres qui criaient. Des miaulements, des aboiements, des chuintements, tous ces bruits lui faisaient peur. Il n’en comprenait aucun.

Un oiseau vint se poser à côté de lui, piqueta le sol de son bec et s’envola avec une brindille.

Dans son tas de feuilles, il ne se sentait pas du tout en sécurité. De plus, la sensation de faim, qui l’avait réveillé, augmentait.

Les craquements étant tout proches, il fit un saut de côté et évita de justesse la grosse botte d’un chasseur.

Il tremblait autant qu’une feuille dans le vent, quand le bruit d’une dégringolade lui fit lever la tête. Un animal qui lui ressemblait le rejoignit. Sa maman parti aux provisions revenait et déposa devant lui des noisettes fraîches et juteuses. Elle lui montra comment les décortiquer.

Repu et rassuré de la présence de sa mère, il se mit à jouer. Elle lui apprit à sauter de branche en branche, à reconnaître les bruits, surtout ceux qui annoncent un danger contre lequel il faut absolument se protéger. Elle lui apprit aussi à se nourrir seul et un jour le quitta.

C’est ainsi que cela se passe.

Il n’était pas très rassuré mais fit ce que sa mère lui avait appris.

Il passa ses journées à faire des provisions pour l’hiver qui n’allait pas tarder à s’installer.

Un jour qu’il furetait sous un noisetier, un drôle de petit animal, que sa mère avait désigné comme un petit garçon, s’approcha de l’arbre et le vit. Il essaya de se cacher mais l’arbre était presque nu et malgré sa dextérité ne réussit pas à se cacher tout à fait.

Petit garçon n’avait pas l’air méchant. Il lui parlait et lui tendait ses mains pleines de noisettes.

Ce jour là, il ne bougea pas, il comprit qu’il ne risquait rien. Ses yeux noirs brillants fixaient le petit garçon et sa belle queue en panache restait immobile.

Quelqu’un appela et le petit garçon s’en alla en abandonnant ses noisettes.

Petit écureuil s’empressa de les porter dans sa cachette.

Plusieurs jours de suite, il revit le petit garçon qui lui racontait des choses qu’il ne comprenait pas. En partant il lui laissait toujours des noisettes.

Il ne craignait pas l’hiver qui gelait déjà la rosée du matin, il avait un gros tas de noisettes bien cachées dans un trou entre les racines du gros chêne.

Un matin, quand il sortit de son trou, il vit que tout était blanc, sur le sol, il laissait les traces de ses pas, il faisait très froid. Sous le noisetier, il ne trouva plus rien, la neige avait tout recouvert. Il retourna à l’abri du gros chêne attendre que fonde la neige.

Les jours passèrent, son tas de noisettes diminuait. De temps en temps, il sortait voir où en était la nature. Il languissait du soleil et rêvait de noisettes fraîches.

Le gros chêne craquait et poussait de gros soupirs en dépliant ses bourgeons.

Un rayon de soleil vint le caresser et lui annoncer l’arrivée du printemps.

Il sentait dans son corps un renouveau et recommença à passer ses journées dehors.

Il rencontra d’autres écureuils, surtout un en particulier, plus beau et plus intelligent que les autres qui ne la laissait pas indiférente.il était magnifique avec son pelage doré et sa grande queue en éventail.

Par une belle journée, ils s’épousèrent et comme sa mère, avant elle, mit au monde un joli petit écureuil roux.

Elle le laissa dans un tas de feuilles sèches pour aller aux provisions. Revint avec des noisettes fraîches et juteuses; et comme toutes les mères, apprit à son bébé à se défendre et à se nourrir seul.

 



commentaires

chris 04/02/2010 13:13


j'aime beaucoup tes petits contes ( en particulier celui-ci ) . je n'ai pas le temps de tout lire mais je vais vite revenir .et merci pour ton passage sur mon blog


Marielle 28/09/2009 16:10


L'écureuil ça devait être moi...


Didier 21/08/2009 15:11

Quelle belle histoire à raconter aux petits-enfants... Ils feront de beaux rêves...
Bonne journée

clementine 20/08/2009 21:41

Elle est bien belle cette histoire d'écureuil et de petit garçon.. réaliste..
Dis, c'est peut-être le frère de Linou, le petit écureuil roux ?
bisous et bonne soirée
clem

nany 20/08/2009 19:44

Très jolie histoire, qui montre bien que la vie est un éternel recommencement.
Bisousxxx

Haut de page