Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

un jour là-bas

par reinette 8 Mars 2011, 09:06 nouvelles

texte écrit sur une photo proposée par la petite fabrique d'écriture

bog D'Azacamopol

photo de Laure

110228_Laure_Chateauneuf-Galaure1C-copie-1.jpg

 

Un jour là-bas,

Je me souviens, la rue était sombre, une odeur nauséabonde imprégnait les murs que je longeai avec frayeur.

Entendant un bruit, je levai la tête dans l’espoir de pouvoir m’enfuir par le haut. C’est là que je l’ai vue. Une silhouette à travers les carreaux.

 

Oubliant le bruit qui m’avait inquiétée, je restai là à regarder. L’impression d’un appel au secours. Pourtant rien n’indiquait un quelconque danger.

La jeune fille immobile, les bras croisés sur un livre, rêvait, le regard perdu, chevauchant sûrement des pensées amoureuses.

 

Persuadée cependant qu’elle m’appelait, je poussai la porte de l’immeuble et gravis quatre à quatre les escaliers.

Les coups frénétiques que je donnai sur la porte firent sortir une dame âgée qui fut stupéfaite en me voyant.

Elle m’appela Evelyne et me somma de rentrer rapidement avant l’arrivée de mon père.

Je ne comprenais rien, elle me tirait dans la maison et je me débattais, prise de panique.

Le bruit fit sortir la jeune fille de la chambre et là nous fûmes toutes les trois stupéfaites. Cette jeune fille me ressemblait comme peuvent se ressembler deux gouttes d’eau.

Les mêmes cheveux noirs tirés en queue de cheval, les mêmes yeux verts en amandes remplis d'interrogation, la même peau ambrée  de métisse, jusqu’au grain de beauté que j’avais au dessus de la lèvre supérieure qui était au même endroit chez elle

Nous étions la copie l’une de l’autre, seuls les vêtements nous différenciaient

Nous nous regardions intensément. J’éprouvais une sensation bizarre, comme si je la connaissais.

Ce n’était pourtant pas possible, je n’avais jamais mis les pieds dans cette ville.

Je n’arrivais pas à me débarrasser de cette sensation.

La grand-mère me prit dans ses bras et tout en pleurant me touchait partout comme pour s’assurer que je n’étais pas un rêve.

 

Un bruit de clé dans la serrure nous ramena sur terre...

 

A SUIVRE....

 


commentaires

Armide+Pistol 10/03/2011 13:07



Quand le hasard s'immisce dans une vie. Quel choc !



apsara 09/03/2011 18:19



Très interessant ton blog!


belle soirée



Alena 08/03/2011 23:56



Vivement la suite !! Bonne soirée, bises *



Marine D 08/03/2011 23:12



Suspense, j'aime cette histoire ... et alors ?



Valentine :0056: 08/03/2011 23:09



Passionnant, ce début d'histoire...



Haut de page